Apple posséderait désormais plus de 250 milliards bien au chaud dans les paradis fiscaux


La firme de Cupertino fait une nouvelle fois parler d’elle pour ses fonds offshore qui gonflent exponentiellement année après année. La réserve de cash de l’entreprise atteint désormais les 250 milliards de dollars, ce qui représente la majorité des réserves de l’entreprise. 93% pour être précis !

La recette de l’optimisation fiscale d’Apple semble plutôt bien fonctionner

Apple qui est passé maître dans le domaine de l’optimisation fiscale se retrouve désormais à la tête d’un colossal trésor de guerre d’un montant de 250 milliards de dollars. Difficile de dire ce que fera l’entreprise avec cet argent se situant dans les comptes de sociétés offshore, bien que Donald Trump insiste pour qu’Apple et les GAFAM en général, fassent rapatrier leurs milliards aux Etats-Unis.

La maison Blanche a d’ailleurs proposé à ces derniers un taux d’imposition préférentiel de 10% au lieu des actuels 35% pour les convaincre de faire rentrer les milliards à la maison. Apple est à ce jour la seule entreprise à posséder autant de milliards offshore, le second loin derrière elle est Microsoft avec «seulement» 126 milliards. D’ailleurs à ce sujet, Tim Cook a toujours été très clair : « Quand nous le rapatrierons, nous paierons 35% d’impôt fédéral, mais aussi des impôts locaux, d’en moyenne 5%, ce qui fait 40%. Nous ne le ramènerons pas tant qu’il n’y aura pas un taux plus raisonnable. »

250 milliards… que pourrait faire Apple avec ce pactole ?

Une somme qui pourrait permettre à la marque à la pomme de réaliser des achats d’envergure dans les années à venir ou de financer des projets comme les voitures autonomes, sans que cela n’affecte la vitalité de l’entreprise. Certaines rumeurs évoquent la possibilité de se tourner vers la production de contenus et  deux noms reviennent fréquemment dans ces rumeurs, à savoir Netflix et Time Warner, respectivement valorisés à 66,6 milliards de dollars et 76,2 milliards.

Même si la trésorerie d’Apple permettrait de réaliser ce genre d’achats, Apple a toujours privilégié l’achat de petites sociétés par dizaines, plutôt qu’une grosse. D’ailleurs son acquisition la plus cher était Beat à 3 milliards de dollars, elle reste une exception, alors que d’autres concurrents comme Microsoft peuvent dépenser 26 milliards pour l’achat de LinkedIn ou Facebook 22 milliards pour le rachat de WhatsApp.

Le plus impressionnant dans le montage d’Apple, c’est son extraordinaire rentabilité, car en seulement quatre ans et demi, ce montant est passé de 100 milliards de dollars en 2012 à 250 milliards aujourd’hui ! Apple a encore de très beaux jours devant lui, même si l’iPhone venait à ne plus faire rêver, mais c’est assez peu probable !



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *